Cati Burnot : Une Amoureuse de l’Art

Artistes, Peintres0

Lorraine, regard de braise, joie de vivre. Ces mots décrivent une provenance, une beauté, une Artiste dans toute sa splendeur qui partage des histoires avec ses créations, oui vous savez j’aime personnifier les tableaux et les faire vivre car ce n’est nulle autre que ça. L’Artiste nous transmet des émotions, un parcours, une passion. Je vois, que vous trépignez d’impatience, je vais donc vous partager la biographie de notre magnifique Artiste.

Cati Burnot a vu le jour le 2 Novembre 1961, en Algérie, Française, à cette époque. Elle est arrivée en France, plus précisément en Lorraine, à l’âge de 8 mois. Durant son enfance, elle a commencé à côtoyer le monde Artistique, en parcourant des toiles, des sculptures dans des musées, à la recherche d’idées, de modèles et de créations personnelles qui émanera de son esprit, de ses convictions et de sa sensibilité liée à l’Art. À 7 ans, elle aimait dessiner et a obtenu un 6ème prix à un concours de dessin inter écoles, et plus tard, Cati Burnot a eu 17 en dessin au baccalauréat. Les belles notes continuent de s’envoler lorsque durant sa formation de peintre décorateur elle avait très souvent 98/100 aux dessins qu’elle proposait. Elle apprit également le faux-marbre, le faux-bois et le trompe-l’œil. J’ai mieux encore, je lui décerne la médaille d’or, enfin à l’an 2000, l’Institut supérieur de peinture Van Der Kelen et Logelain a attribué ce précieux sésame à l’Artiste avec en prime une note de 800/1000. Elle n’en finit plus de nous surprendre !!! Elle était vouée à réussir, briller, et c’est peu de l’écrire, car le vivre c’est encore plus surprenant et l’Artiste l’a vécu. Il est bien de vous écrire également que Cati Burnot travaillait dans le monde médical, un monde où elle voyait les portes de l’hôpital qui se fermées devant elle, où elle ne pouvait exprimer tout son talent d’Artiste. Il est temps de changer de blouse et de prendre des pinceaux…

Elle quitte le dessin et s’impose à la création par la peinture, cette forme d’expression en 2D puis passe ensuite par le travail de la terre, expression en 3D. Harmonie, rythmes, couleurs, pinceaux, crayons de papier, noir et blanc, elle aime jouer avec tout ses éléments que ce monde d’Art peut nous offrir et ça tombe bien parce que c’est tout ce que j’aime ! J’ai succombé aux charmes de ses créations mais j’ai emporté avec moi des galeries qui ont exposé ses œuvres. En 2003, on passe de la galerie Lacydon au Salon d’Art Contemporain à Marseille, à la Féria de Nîmes, en 2005, à l’exposition « Passeurs de rêves » à la galerie Cap d’Art de Genval. En 2006, au carrousel du Louvre et pleins d’autres suivent, à Sète, au Japon, à Miami, en Martinique, au Sénégal, en Espagne, en Belgique… et plus récemment en 2018 au Musée territorial de Saint-Barth à Gustavia. Elle fait également partie de l’association des Artistes de Saint-Barth(*). Quel parcours !

Hors contexte artistique, humainement, j’aime la sympathie de Cati Burnot car en discutant avec elle, j’ai appris non seulement qu’elle vivait sur l’île de Saint-Martin, une île qu’elle a choisie pour sa population éclectique, 120 nationalités, mais aussi parce qu’elle s’y sent bien. Elle s’est confiée et m’a dit : « Que lorsqu’elle rencontre quelqu’un pour la première fois elle ne sait pas en quelle langue il va lui répondre » et ça c’est exceptionnel.

Nous passons maintenant à ce que j’aime le plus, l’analyse des tableaux. Il est intéressant de savoir que Cati Burnot utilise une technique ancienne spécifique dédiée aux peintures à l’huile. C’est le glacis flamand qui consiste à poser, sur une couche déjà sèche, une fine couche colorée transparente et lisse. L’Artiste mêle cette méthode ancestrale à la peinture contemporaine. Maintenant, que vous êtes informés, je m’empresse de vous faire découvrir deux de ses créations que j’aime beaucoup. La première est une œuvre intitulée « Flaveur rose », je l’ai choisi déjà parce que le rose est ma couleur préférée, mais pas seulement. Je vois du blanc, du noir par les petits et longs traits et des couleurs chaudes comme le rouge, des coups de pinceaux sont perceptibles. On est prit comme dans un tourbillon au centre, c’est difficile d’en sortir et à la fois quitter des yeux cette création tant je suis émerveillée par cette douceur, intensité, que nous exprime l’Artiste. C’est mon œuvre « Flavorite » !

Ma deuxième œuvre choisie est « Yo’le ». Nous retrouvons l’utilisation de plusieurs couleurs comme le blanc qui domine sur cette toile, le blanc qui se traduit par le yole en mouvement, c’est une embarcation légère propulsée soit à l’aviron, ou à la voile. Le bleu ciel, foncé, le rouge, les points de couleur noire s’imposent, le jaune orangé et le rose sont aussi à l’honneur et les formes comme les ronds. Je m’exprime et j’ai envie de vous faire une confidence, l’Artiste n’a t’elle pas voulu lever le voile sur ce qu’elle aime ? Seule Cati Burnot en connaît le sens. Il en reste que l’on parle d’un monde aquatique avec de la matière, de l’harmonie, et de la transparence telle que la mer translucide.

Je reviens à la discussion que j’ai eu avec Cati. Elle a déclarée que son œuvre préférée était une toile symbolique accrochée dans sa chambre cela représente un cœur. L’amour : sentiment magique qui bouleverse l’âme d’une personne. Elle est amoureuse de la vibration du cœur et c’est tellement beau, une Artiste romantique. On craque tous, pas vous ?

Ah mais il est­ déjà l’heure de vous quitter. Après cette superbe découverte artistique, il me tarde de vous partager les réseaux sociaux de Cati Burnot.

(*)Le mois prochain, je vous parlerai de cette association : Artists of St Barth

Je finirai cet article en écrivant cette citation de Bernard Asleyr : « Ne rêve pas ta vie mais vis tes rêves ».

Angela Potenza

 

Article paru dans la magazine TopGir : Mai 2019

Cati Burnot - Magazine TopGir 2019
Cati Burnot – Magazine TopGir 2019

Leave a Comment